Publié le jeudi 5 janvier 2017

Viande et pédagogie dans les écolesL'Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (Interbev*) organise depuis octobre 2016 des sessions d'animation dans les cantines scolaires pour promouvoir la viande française. Objectif affiché : « sensibiliser les enfants et leurs parents à une consommation de qualité et valoriser les écoles servant de la viande française de bœuf et de veau ».
Le syndicat a de l'ambition, annonçant que cette animation « sera mise en place dans 1 500 écoles primaires partout en France, soit auprès de 225 000 élèves ». Une quarantaine de villes aurait déjà bénéficié de ce programme, présenté comme une animation pédagogique. Interbev remet aux établissements un kit pédagogique clé en main comprenant un dossier sur l'élevage destiné au responsable de la restauration, un livret d'information pour les parents d'élèves de la commission menus, des tatouages temporaires type décalcomanie pour les enfants (« Avec le bœuf c'est la teuf », « Parce que je le veau bien »), ainsi qu'un « Journal des Jolipré », petite famille d'« éleveurs du troisième millénaire qui ouvrent les portes de leur ferme pour expliquer leur quotidien et montrer aux enfants comment préserver un équilibre entre la planète, les hommes et les bêtes qui les entourent ».

Alors qu'Interbev se félicite de l'organisation de ces animations, soulignant qu'elles s'inscrivent « dans la dynamique du plan de soutien à l'élevage français impulsé par Manuel Valls en juillet 2015 », on peut s'interroger sur la place d'un lobby de la viande dans les écoles. Interrogée, l'Éducation Nationale indique que, s'il n'y a pas d'agrément délivré à Interbev pour intervenir dans les écoles, rien n'empêche un chef d'établissement d'accorder des permissions d'intervention, au cas par cas.
En attendant, deux pétitions sur Internet dénoncent cette nouvelle campagne d'Interbev et ont déjà recueilli plus de 100 000 signatures.  A Paris, des élus du groupe écologiste ont déposé le 6 novembre dernier  un « vœu relatif à la lutte contre le lobbying de l'industrie de la viande dans les écoles ». Leur principal argument est écologique, au vue des dégâts environnementaux provoqués par l'élevage industriel.
Quant aux associations de défense des animaux, elles dénoncent une campagne mensongère sur la réalité des élevages, accusant Interbev d'endoctriner les enfants. Interbev de son côté n'a pas souhaité les rencontrer.



* syndicat regroupant 21 organisations professionnelles (Culture viande, Tripiers de France, la Fédération nationale du cheval ou celle des exploitants d'abattoirs...) au budget annuel de 32 millions d'euros.

Mentions légales - Qui sommes-nous - Le Consommateur d’Alsace est édité par la Chambre de Consommation d’Alsace, 7 rue de la Brigade Alsace- Lorraine - BP 06 - 67064 Strasbourg Cedex - Tél. 03 88 15 42 42 - email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Sunday the 26th.
Powered by Joomla! and the Make Money Online