Nestlé va adopter l’étiquetage Nutriscore

A l’heure actuelle, 90 distributeurs et fabricants ont adopté le Nutriscore (pour rappel, un système d’étiquetage établi en fonction de la valeur nutritionnelle d’un produit alimentaire). Le géant de l’agroalimentaire suisse Nestlé, longtemps réticent, a finalement décidé d’arborer ce label sur l’ensemble de ses produits vendus en France, en Belgique et en Suisse. Le déploiement s’effectuera sur deux ans et concernera donc un grand nombre de marques telles que Chocapic, Nesquik, Crunch, Lion, Fitness, les produits Herta, Mousline, Buitoni, les chocolats et confiseries Galak, KitKat ou encore Smarties… Pour le directeur général de Nestlé France, Pierre-Alexandre Teulié, s’il n’est pas possible de n’avoir que des produits étiquetés A, « être le meilleur dans chaque catégorie, c’est l’objectif qu’on peut raisonnablement viser ». Il précise : « L’enjeu ce n’est pas de la poudre chocolatée contre une pomme, c’est de trouver parmi les poudres chocolatées celle qui a la meilleure qualité nutritionnelle ».

Alors que l’Union européenne travaille à un système d’étiquetage commun, cette décision marque un tournant et incitera peut-être d’autres grands groupes à suivre l’exemple. En effet, le Nutriscore, en place en France depuis 2017, reste facultatif, au grand dam des associations de consommateurs pour lesquelles cela minimise l’impact de la mesure. Nestlé faisait partie des grands groupes (aux côtés de Coca-Cola, PepsiCo, Mars, Mondelez et Unilever) qui refusaient le Nutriscore au profit d’un autre système baptisé Evolved Nutrition Label (ENL) et basé sur une approche par portions (plus favorables aux fabricants). L’AFP (Agence France Presse) a contacté ces grands groupes pour connaître leurs intentions. Ces derniers ont assuré être favorables à la mise en place d’un processus d’étiquetage uniforme à l’échelle européenne, mais ils ne sont pas d’accord sur le système à mettre en œuvre. Pour l’instant, chacun utilise un étiquetage différent, ce qui ne facilite en rien la lisibilité pour le consommateur… Plusieurs associations européennes ont lancé une pétition pour demander à la Commission européenne de rendre obligatoire le Nutriscore. De son côté, l’association Foodwatch s’est félicitée de cette nouvelle et reconnait que « la décision de Nestlé augmente les chances de voir le Nutriscore devenir le logo officiel plébiscité par toute l’Europe ».

Partager