Livret d’épargne populaire : un dispositif plus intéressant que le Livret A

Peu connu des Français alors qu’il existe depuis 1982, le livret d’épargne populaire (LEP) est financièrement plus intéressant que le livret A. En effet, la rémunération de ce dernier baisse à 0,5 % à partir du 1er février 2020, pour atteindre son niveau plancher. Révisé tous les six mois, le taux d’intérêt du LEP s’établira quant à lui à 1 %. L’un des atouts majeurs de ce dispositif est que son taux ne peut pas être inférieur au niveau de l’inflation. La rémunération du LEP sera donc surement amenée à grimper dans les mois à venir, l’inflation pour 2020 étant estimée à 1,7 % en moyenne. Les ouvertures de LEP plafonnent pourtant à 7 millions de comptes, contre 55 millions de livrets A. Si le LEP est un placement « réservé aux personnes disposant de revenus modestes », quatre ménages sur dix y sont toutefois éligibles.

Pour ouvrir un LEP en 2020, c’est le revenu fiscal de référence de l’année 2018 (avis d’imposition de 2019) qui est examiné et ne doit pas dépasser certains plafonds, fixés selon la composition du foyer. Pour un célibataire, le plafond s’établit à 19 977 € de revenus annuels. Pour ouvrir un LEP, il suffit de présenter votre avis d’imposition à votre banque et y déposer 30 € minimum. Ensuite, comme pour le livret A, les versements et retraits sont libres et gratuits, bien qu’ils doivent être de 10 € minimum et que le solde du LEP doit toujours rester positif. Aucun frais ne peut être facturé à l’ouverture ou à la clôture du compte. En outre, ce placement est exonéré d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Le plafond du LEP est bloqué à 7 700€, hors intérêts (contre 22 950 € pour le livret A).

Partager