Déménager responsable, c’est possible ?

L’été chez nous est souvent synonyme de chassé-croisé entre vacanciers « juillettistes » et « aoûtiens », mais également de déménagements ! Selon l’INSEE, chaque année, ce ne sont pas moins de 10% des foyers français qui déménagent. Si vous voulez faire de ce déplacement une transition écologique, n’attendez pas le dernier moment.

Anticiper, organiser, trier et renoncer au superflu

Pour éviter le traditionnel débordement de dernière minute et son cocktail de stress, la règle d’or est l’anticipation. Commencer par la cave et le grenier, qui par définition recèlent de trésors inutilisés, et servent de fourre-tout aux adages « on ne sait jamais », « ça peut toujours servir », « si un jour… ». C’est parti pour l’organisation en quatre tas : à vendre, à réparer, à donner, et à jeter… intelligemment et surtout pas sur le trottoir (sous peine d’amende conséquente) !
Vendre sur des sites internet entre particuliers, en vide-grenier organisés (vous avez droit à trois participations annuelles) ou encore faire soi-même son vide-maison/appartement à domicile.
Réparer pour réutiliser, grâce aux repair-café, aux ressourceries et à de très nombreuses associations locales, à votre service pour donner une seconde vie à vos bicyclettes, ordinateurs, jouets, ou à votre électroménager etc… Certaines structures comme Emmaüs ou Espoir proposent même un service d’enlèvement sur réservation.
Pour finir, ce qui ne peut pas être réutilisé, méritera un trajet et un tri à la déchèterie.

Emballer, c’est peser !

De là, émergera la sélection à garder, qui servira à faire une estimation du volume à déménager, que vous fassiez appel à un professionnel ou pas.
Dans l’ordre, les éléments décoratifs, puis il vous faudra identifier dans chaque pièce les éléments dont vous aurez une absolue nécessité jusqu’au dernier jour. De façon dégressive quitte à prévoir pour chaque membre de la famille une valise « de survie » avec brosse-à-dents et « doudou » en dernier lieu.
Attention au suremballage et son cortège de déchets au déballage. Un déménagement génère en moyenne 60 cartons, qui finissent par encombrer nos poubelles. Pour éviter cela, l’astuce est d’utiliser les contenants déjà à disposition : boîtes, caisses, valises, sacs de sport, et autres sacs réutilisables, voire pourquoi pas les tiroirs désolidarisés de leur meuble.
Quand ils sont inévitables, vous pouvez récupérer les vieux cartons des amis, des commerces, ou les acheter déjà d’occasion et les revendre (du moins ceux qui auront survécu à la surcharge ou à la force musculaire du cousin bodybuilder tombé dedans quand il était petit). Certains déménageurs professionnels, de plus en plus sensibilisés à la réduction des déchets, mettent à dispositions des bacs réutilisables.
Il existe également des alternatives au plastique bulle, bien que nous soyons nombreux à avoir un jour goûté au petit plaisir, de faire éclater, une à une, ces fameuses petites bulles.
Pensez par exemple à utiliser des textiles existants : torchons, serviettes, draps voire vêtements, et aux anciennes éditions de votre journal, pour celle et ceux qui ne sont pas encore passés aux versions électroniques.

Déménagement et grand ménage

Que ce soit pour nettoyer les objets, ou les logements celui que l’on quitte ou celui que l’on intègre, la recette déjà évoquée dans d’autres articles est celle de nos grand-mères, à savoir les produits respectueux de l’environnement : labellisés ou naturels. Pour rappel : savon naturel ou noir, cristaux de soude, bicarbonate, vinaigre blanc, et huile de coude…
Un petit coup de pinceau pour rafraîchir les murs avec des peintures éco labellisées plus, saines pour la qualité de l’air intérieur.
À l’heure des transferts de comptes des fournisseurs d’énergie, c’est l’occasion de passer à l’énergie verte renouvelable. Ainsi que de systématiser les écogestes et les équipements
basse consommation : ampoules, électroménagers A+ même de seconde main, mousseurs aux robinets, multiprises avec interrupteurs, réutilisation des vieux meubles pour un nouveau cocon bien-être.


POUR EN SAVOIR PLUS
Bonne tactique d’une logistique éthique et conviviale

Pour les moyennes ou longues distances nécessitant un transporteur, la solution peut-être le déménagement groupé. Demandant une flexibilité d’agenda, il présente l’avantage d’être moins cher, de diminuer les frais et émissions de CO2 inutiles du retour à vide… Certains acteurs professionnel du déménagement carburent par ailleurs à l’éco-conduite et alternatives aux moteurs thermiques.
En ce qui concerne les courtes distances, mieux vaut louer une camionnette que de multiplier les allers-retours avec un véhicule trop petit. Cela évitera également la caravane d’automobiles des amis et les difficultés de stationnements… Enfin, c’est le vélo-remorque qui se remarque et se démarque sur le marché pour ceux qui mutent d’un quartier à l’autre.
Sans oublier le pique-nique et l’apéritif de réconfort après l’effort, en remerciement à la main-d’œuvre amicale… gardez le réflexe vaisselle réutilisable… de même lors de la pendaison de crémaillère !

Partager