recours au cash

Quand le recours au cash coûte cher

Le recours au cash est de plus en plus difficile pour de nombreux Français. Coût des cartes, suppression de distributeurs de billets… Les entraves ne manquent pas !

Il devient de plus en plus difficile pour les consommateurs de retirer de l’argent facilement et à moindre frais. Selon l’Observatoire des tarifs bancaires (OTB) de la Banque de France, le prix de la carte à débit immédiat a augmenté de 17 % en 10 ans.

Tarification des retraits

Par ailleurs, les banques ont généralisé la tarification des opérations de retrait dans un autre réseau bancaire que le leur, au-delà d’un certain quota de retraits gratuits. Mais ce quota ne cesse de baisser.

Alors qu’il était d’une dizaine de retraits dans les années 1990, il est désormais situé aux alentours de trois. Certaines banques ont également augmenté le coût unitaire du retrait.

Selon le comparateur Panorabanques, le coût annuel moyen pour quatre retraits hors réseau par mois en France est en hausse de 39 % en 2022.

>>> A lire aussi : « Droit au compte : simplification de la procédure »

Hausse de la commission interbancaire

Cette inflation serait due à la flambée de la commission interbancaire de retrait (CIR), versée à chaque retrait par la banque du titulaire de la carte à la banque gestionnaire du distributeur de billets (DAB).

Cette dernière est passé de 0,57 € à 0,89 € sur une décision du GIE Cartes Bancaires – groupement de tous les établissements de la place – afin de pénaliser les banques en ligne qui mettent le système à disposition de leurs clients sans les facturer.

De moins en moins de DAB

En parallèle, le nombre de distributeurs de billets ne cesse de diminuer. Un peu plus de 4 % des DAB ont été démontés entre 2018 et 2020. Pourtant la CIR, qui a permis aux banques d’engranger plus de 415 millions d’euros de commissions supplémentaires, est censée servir à l’entretien et la maintenance de ces distributeurs.

Et d’après la Banque de France, le retrait des DAB n’est pas dû à la baisse d’utilisation des espèces puisque « le nombre de DAB diminue un peu plus rapidement que le nombre de retraits », indique l’institution bancaire au magazine 60 millions de consommateurs.

À l’heure actuelle, 83 % de la population a accès à un DAB à moins de 5 minutes, mais pas sûr que ce soit un distributeur de sa propre banque…

Partager