Arnaques aux coupons PCS

Les coupons PCS, cartes bancaires prépayées du réseau Mastercard, sont des tickets de 20 à 250 € que l’on peut se procurer chez un buraliste et qui sont intraçables. C’est l’un des stratagèmes utilisés par les escrocs pour arnaquer le consommateur en lui volant de l’argent, voire parfois pour usurper son identité.

Ce type d’arnaque est très répandu sur les sites de petites annonces entre particuliers (Le Bon Coin, Vivastreet, Paru Vendu…) avec des offres alléchantes, pour appâter un maximum d’acheteurs potentiels. Elle est simple à mettre en œuvre et redoutablement efficace. Pas besoin d’ouvrir un compte ou de s’inscrire sur un quelconque site Internet. La victime est invitée à acheter un ou plusieurs coupons en bureau de tabac et à donner le « code RECH » inscrit sur la recharge, qui prend la forme d’un ticket de caisse. L’arnaqueur n’a plus qu’à créditer sa carte anonymement et donc récupérer l’argent, sans fournir l’objet de la vente ni laisser de trace… Parfois, certains demandent à l’acheteur d’entrer son « code RECH » sur un site pour en prouver la validité. Il s’agit en réalité d’un faux site, qui permet à l’escroc de récupérer le code et de l’utiliser pour encaisser l’argent ; aucun site ne permet de vérifier les codes PCS. Idem pour les sites proposant le blocage du paiement en attendant la remise de l’achat. Ce sont de fausses interfaces qui là aussi permettent de récupérer les fonds.

Parfois, l’arnaque passe par le mail d’un proche qui est soi-disant en situation d’urgence à l’étranger et demande de l’argent. En réalité ce type de message provient du piratage de la messagerie du contact en question. Il ne faut jamais envoyer d’argent avant d’avoir joint la personne au téléphone, même si elle se dit indisponible. L’arnaque à la location sur les sites entre particuliers est également un grand classique : une fausse annonce présente un bien en dessous du prix du marché et le candidat à la location est invité à fournir toutes les pièces justificatives (titres d’identité, fiches de paie, avis d’imposition…) ainsi qu’une caution et un premier mois de loyer en coupons PCS. Or, en plus de l’escroquerie qui peut chiffrer très vite (plusieurs coupons de 250 € par exemple), les données personnelles récupérées peuvent permettre au malfaiteur d’usurper l’identité de la victime pour souscrire un crédit à la consommation !
Les coupons PCS sont également utilisés par les maîtres chanteurs de toute sorte, comme par exemple de faux supports techniques faisant croire que l’ordinateur de leur victime est infecté. Certaines personnes voient aussi leur compte d’accès aux réseaux sociaux bloqués que les escrocs promettent de rétablir contre rançon… Les montants sont de quelques centaines d’euros, suffisamment faibles pour que les victimes paient.

Il est conseillé de toujours se méfier des offres trop alléchantes et, d’une manière générale, des demandes de paiement entre particuliers en coupons PCS. Les consommateurs peuvent trouver des renseignements et de l’assistance sur le site cybermalveillance.gouv.fr. Les arnaques peuvent être signalées sur le site internet-signalement.gouv.fr, ce qui permet aux services de police judiciaire d’alimenter leurs connaissances. Enfin, les victimes ne doivent pas hésiter à porter plainte car, même s’il n’est pas possible de retrouver son argent, la plainte est le seul moyen d’ouvrir une enquête et donc d’espérer que les malfaiteurs soient appréhendés.

Partager