Coûts de la rentrée en hausse

Les vacances sont bientôt terminées et il est temps d’acheter les fournitures pour la rentrée. Alors que l’allocation rentrée scolaire (ARS) vient d’être versée aux 3 millions de foyers éligibles, l’association Familles de France publie les résultats de son enquête sur le coût moyen de la rentrée scolaire pour un enfant entrant en 6ème (comprenant les fournitures, les articles de sport et la papeterie). Il est en augmentation de 1 % cette année, passant à 199,64 € (contre 197,58 € en 2020). Une hausse modérée, bien que la papeterie ait fait un bond de 4 %.

La présidente de l’association, Chantal Huet, indique que les coûts augmentent dans tous les circuits de distribution physiques, tandis qu’ils sont en légère baisse sur les sites de vente en ligne. Toutefois, elle invite les consommateurs à se montrer vigilants, d’une part, sur l’affichage des prix en TTC, d’autre part, sur les délais de livraison. Pour réaliser des économies, l’association conseille aux familles de recycler les fournitures de l’année passée, de comparer les prix, n’acheter que le strict nécessaire, étudier les achats par lot ou encore éviter les produits « premiers prix », moins résistants et donc susceptibles de devoir être remplacés plus souvent. Elle recommande également de prêter attention au marquage CE sur les articles (qui signifie que le produit est conforme à la réglementation applicable), aux pictogrammes de danger (corrosif, irritant, …), à la composition des produits, ou encore aux labels, afin d’éviter les articles pouvant contenir des composants allergisants, irritants et des substances parfois toxiques. Enfin, ne pas hésiter à se tourner vers des associations telles qu’Emmaüs, ainsi que les recycleries ou brocantes qui permettent de trouver du matériel de seconde main, de même que les friperies solidaires pour renouveler la garde-robe des enfants à moindre frais.

Concernant l’ARS, Familles de France attire l’attention des familles sur sa modulation : « Certaines familles qui touchent des revenus un tout petit peu au-delà des ressources exigées ne doivent pas hésiter à se rapprocher de leur CAF pour voir s’il est possible de moduler l’ARS en fonction de leurs ressources ». Enfin, alors que la Cour des comptes s’interrogeait en mars dernier sur l’utilité de cette aide et les abus éventuels, les associations sont unanimes sur son utilité et surtout l’intérêt de ne pas flécher ces sommes sur des produits en particulier. En effet, les sommes économisées sur l’achat de fournitures peuvent servir à financer d’autres choses utiles à la famille, comme un nouveau bureau pour les enfants par exemple : « Il faut impérativement faire confiance aux familles. Cette aide est juste, justifiée et utile », déclare Chantal Huet.

Partager