Electricité : l’option «heures creuses» n’est plus intéressante

Selon une enquête réalisée par le magazine 60 millions de consommateurs, les abonnés au tarif « heures pleines/heures creuses » (HP/HC) perdent sans doute de l’argent comparé à la tarification « base ».

Dès 2009, le magazine signalait que cette option n’était « quasiment jamais intéressante pour les petits consommateurs d’électricité ». Mais d’après de nouveaux calculs, les consommateurs abonnés au tarif HP/HC perdent entre 30 et 50€ par an, même pour les gros consommateurs. Le magazine a effectué une simulation sur la base d’une consommation électrique de 40 % en heures creuses qui est la moyenne constatée. Or, pour que le tarif reste intéressant, il faudrait réaliser minimum 50% de sa consommation en heures creuses, ce qui est difficilement atteignable.

Actuellement, 11 millions de Français sont abonnés avec une tarification HP/HC auprès d’EDF au tarif réglementé. Cependant, le magazine constate qu’EDF ne réoriente ses clients que s’ils le sollicitent et ne prend pas l’initiative d’informer ses autres abonnés. Ce déséquilibre est aussi constaté pour les clients disposant d’une offre à prix de marché, comme chez Engie. Le fournisseur indique qu’il conseille « aux nouveaux clients de choisir l’option “base” s’ils ne peuvent pas réaliser 50 % de leur consommation pendant les heures creuses ».

Le magazine rappelle que les consommateurs peuvent utiliser la calculette du site officiel Énergie-Info pour savoir si leur abonnement est intéressant financièrement. Pour modifier son option tarifaire, il faut en faire la demande auprès de son fournisseur, ce qui peut entraîner des frais. Et“60“de s’interroger : « Leur prise en charge ou un éventuel dédommagement ne pourraient-ils pas être accordés par les fournisseurs ? Il nous semble en effet que l’on peut leur reprocher d’avoir manqué à leur devoir de conseil ». Le magazine conseille aux clients se voyant refuser une demande d’indemnisation de saisir le médiateur national de l’énergie pour avoir son avis sur le dossier

Partager