polluants chimiques dans les textiles

Trop de polluants chimiques dans les textiles

A l’heure actuelle, la réglementation européenne interdit ou restreint l’usage de 12 familles de substances chimiques dans les textiles et les cuirs. Pourtant, de nombreux consommateurs connaissent des réactions allergiques (brûlures, eczéma…) au contact d’un nouveau vêtement ou de nouvelles chaussures. La teneur de deux allergènes cutanés puissants, à savoir le chrome VI dans le cuir et le nickel dans les parties métalliques, est déjà fortement limitée. Mais selon l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), le seuil devrait être abaissé : « Le seuil inscrit dans la réglementation ne suffit pas à protéger les consommateurs allergiques ».

L’Agence a mené une étude en partenariat avec la Suède sur les substances chimiques responsables d’allergies cutanées. Elle demande une restriction européenne pour plus de 1 000 substances utilisées dans le processus de fabrication des vêtements et des chaussures, qui sont susceptibles d’être présentes dans le produit fini.

Si elle est adoptée, cette avancée réglementaire permettrait de réduire l’usage de substances allergisantes qui ne font actuellement l’objet d’aucune limitation, d’interdire tous les colorants « dispersés » des fibres textiles synthétiques, responsables également de nombreuses allergies, et d’abaisser les seuils insuffisamment protecteurs du nickel et du chrome VI.

Une avancée d’autant plus souhaitable qu’elle serait plus protectrice pour les consommateurs. A l’heure actuelle, il est en effet impossible de vérifier les substances chimiques présentes dans les articles au moment de l’achat, les fabricants et les distributeurs n’étant pas tenus de les lister.

Pour finir, l’Agence rappelle aux consommateurs qu’il est indispensable de laver tout vêtement susceptible d’entrer en contact avec la peau, en suivant les recommandations de lavage préconisées par le fabricant, avant de le porter pour la première fois.

>>> A lire aussi : « La mode des vêtements consignés« 

Partager